Société Française de Néonatalogie

Association de professionnels de la néonatalogie

  • Hommage à Jean Lavaud

    Le 13 janvier 2020

    Notre ami et collègue Jean Lavaud, praticien hospitalier temps plein et responsable médical du SMUR pédiatrique de Necker (SAMU de Paris) jusqu’en 2008, est décédé brutalement le 25 décembre 2019.

    Jean Lavaud était pédiatre-réanimateur et ancien chef de clinique de la réanimation pédiatrique du Pr Michel Cloup à l’hôpital Necker Enfants Malades (AP-HP) à Paris. Il avait créé et animé le premier SMUR pédiatrique du SAMU de Paris à partir de janvier 1980. C'est à cette même date qu’il avait contribué à mettre sur pied le Réseau inter-SMUR pédiatrique d'Ile de France, avec l'ensemble des autres équipes de SMUR pédiatriques déjà existantes de la région : Montreuil (SAMU 93, 1976), Clamart (SAMU 92, 1977), Argenteuil et Pontoise (SAMU 95) ainsi que Créteil (SAMU 94, années 80). Le deuxième SMUR pédiatrique de Paris, secondairement implanté dans l'hôpital Robert Debré, avait complété le dispositif en 1988.

     

    Nous avons perdu un collègue et un ami. Nous avions pour beaucoup d’entre nous cotoyé Jean et collaboré avec lui pendant 30 à 40 ans, en Ile de France ou ailleurs. Jean a été un pionnier très actif, aussi bien dans le domaine de la périnatalité, en particulier de la prise en charge du nouveau-né en détresse vitale et du transport néonatal (SMUR pédiatrique) que dans le domaine des urgences pédiatriques ou de la prévention des pathologies accidentelles de l'enfant. Il fut d’ailleurs dans cette cause pour la sécurité des enfants de ce pays un véritable lanceur d'alerte avant l'heure. 

     

    Il publia tout au long de sa carrière jusqu'en 2008, avec son équipe ou avec les autres équipes de la région Ile de France, de nombreuses articles, livres et abstracts concernant ces différents aspects de la néonatalogie et de la pédiatrie d'urgence. Il fut en particulier l'initiateur de notre livre collectif intitulé "Réanimation et transport pédiatriques" qui fut publié chez Masson dès 1985 et réédité ensuite à plusieurs reprises jusqu'en 2004.

     

    C'était un animateur d'équipe hors pair, très dynamique et chaleureux, un compagnon de route chaleureux et ouvert. Excellent pédagogue, il a formé et « coaché » de très nombreux CES de pédiatrie pendant des années. Il a été également très investi dans le cadre des plans Périnatalité nationaux dans la formation initiale des sages-femmes, des infirmières-puéricultrices et des internes de pédiatrie ainsi que dans la formation continue des personnels soignants, dans tout le pays, même après avoir pris sa retraite. Pour cela, il sillonnait, infatigable, les routes et prenait le train pour se rendre aux quatre coins de l’hexagone ou parfois l’avion pour les territoires et départements d’outre-mer.

     

    Nous sommes très attristés.

     

    Jean-Louis Chabernaud

    Pédiatre-réanimateur, ancien responsable du SMUR pédiatrique de Clamart
    Hôpital Antoine-Béclère, AP-HP. Université Paris Saclay
    Conseiller médical à la Délégation aux Relations Internationales (AP-HP) 
    CNP de Pédiatrie

  • Hommage au Pr Gilbert Huault

    Bulletin SFN n°3,

    octobre 2013

    Gilbert Huault est décédé le 28 Août 2013 à l'âge de 82 ans.

     

    Cet homme d'exception laisse à la Réanimation, la Néonatologie, la Pédiatrie, et à tous ceux qui l'ont côtoyé un héritage considérable.

     

    Gilbert Huault a été élevé dans un climat de difficultés propice au travail acharné.

     

    Quiconque le côtoie, reconnaît en lui un médecin qui ne s'accorde aucun repos et exige de son entourage un dévouement sans limite pour l'enfant. Sa manière d'enseigner est de montrer l'exemple : temps et énergie ne peuvent compter face à un enfant en détresse. Rigueur, discipline, intransigeance sont les premiers mots qui viennent à l'esprit. « Noblesse oblige » disait-il à celui qui osait se plaindre. Son école est celle du don de soi, de l'abnégation. Il est disponible jour et nuit, samedi-dimanche, vacances ou pas vacances, gardes ou pas gardes. Combien il était difficile de répondre aux exigences qu'il imposait, combien ses collaborateurs souffraient sous le fouet de son exemple, mais combien ils étaient fiers de compter parmi ses élèves et de mériter sa confiance. Cette rigueur a été le pilier fondateur de toutes les réanimations pédiatriques.

     

    Le second mot qui le caractérise est humilité. Huault enseigne que tout travail est un travail d'équipe. Il apprend à ses collaborateurs à connaître leurs limites et à ne s'approprier un mérite qu'au travers le travail collectif. Le fonctionnement de son service est basé sur l'écoute de chacun. Cette humilité est si ancrée en lui qu'il rejette tous les honneurs. Enfin le mot d'humaniste complète ce tableau. Sa vie est fondée sur une indéfectible foi en l'homme. Toujours à l'écoute de la souffrance des enfants, de celle de leur famille, de son équipe médicale et paramédicale, il fait passer le message d'une rigueur dans le travail basée sur la compassion envers autrui.

     

    Cet amour du prochain est à l'origine d'une de ses obsessions : il faut « avoir le corrigé du devoir». Il faut savoir ce que deviennent à long terme nos enfants. Sa hantise est de faire survivre un patient dont la vie, et celle de sa famille, sera sans joie et bâtie sur le malheur. En une boutade il définit la réanimation pédiatrique: « permettre aux enfants qui nous sont confiés de devenir un jour une grand-mère ou un grand-père dont la vie aura été heureuse».

    Au cours de l'été 1963 se dessine un tournant décisif : G Huault prend en charge un nouveau-né présentant un tétanos ombilical. Pour la première fois, un nouveau-né est intubé et ventilé. L'enfant guérit après 5 semaines de travail acharné. Le pas est franchi : il vient de démontrer que la ventilation artificielle peut être utilisée chez le tout-petit. En 1964, le Pr Thieffry lui propose la responsabilité l'unité de réanimation de son service à Saint Vincent de Paul. Huault va se consacrer entièrement à cette tâche.

     

    Fort de son expérience, il veut la faire partager dans un esprit fondamentalement pragmatique. C'est ainsi qu'en 1977, naît l'idée d'écrire un livre avec B Labrune. Cet ouvrage "Pédiatrie d'urgence", deviendra un livre de référence. Traduit en plusieurs langues, il sera le compagnon indispensable des pédiatres, généralistes et internes de garde.

     

    Depuis sa retraite, en 1997, il continue de travailler tous les jours à la bibliothèque universitaire. Là encore il montre le chemin aux jeunes étudiants qui le côtoient. A plus de 80 ans il est toujours dans des combats d'avant-garde comme l'organisation du planning familial et la promotion de la médecine pour les plus démunis.

    Pr Denis DEVICTOR

  • Hommage à Madame Amiel-Tison

    Bulletin SFN n°4, 

    mars 2014

    Claudine AMIEL-TISON, grande dame de la néonatologie française et personnalité de renommée internationale, est décédée le 7 décembre 2013 à Paris.

     

    Elle laisse un héritage scientifique exceptionnel à l'issue d'une longue et prolifique carrière ayant donné lieu à plus de 150 articles, une dizaine de livres et plusieurs chapitres dans les principaux ouvrages de référence en néonatalogie et neurologie du développement.Après une formation pédiatrique complétée par un séjour d'un an à la Columbia University à New York, elle amorce ses premiers travaux de recherche en 1962 dans les services et unités de recherche des maternités Baudelocque et Port-Royal. Elle s'intéresse alors aux techniques modernes de réanimation dans le contrôle de la pathologie respiratoire du nouveau-né ; ces travaux constitueront le point de départ d'un ensemble d'études qu'elle mènera avec le souci constant d'améliorer la santé, le développement et la qualité de vie des enfants à risque de séquelles neurologiques.

    Elle participe rapidement à de nombreux travaux avec des collaborateurs de la France et d'ailleurs incluant, entre autres, des études en psycholinguistique expérimentale (avec J Mehler du CNRS), en neurophysiologie (avec AG Pettigrew, University of Sydney et JA Eyre, University of Newcastle), en épidémiologie périnatale (avec A Stewart, U.C. London), en anesthésiologie (avec S Shnider, University of California San Francisco et G Barrrier, CHU Necker) et en neurologie du comportement (avec C Njiokiktjien d'Amsterdan). C'est néanmoins sa contribution à la conception de la méthode d'évaluation neurologique du nouveau-né et du jeune enfant qui restera gravée dans la mémoire de plusieurs générations de néonatalogistes, pédiatres, neurologues, sages-femmes et professionnels de la réadaptation. Ayant profité des enseignements de Saint-Anne Dargassies et d'Ajuriguerra, tous deux héritiers d'André Thomas, elle poursuit dans la même lignée en schématisant les étapes de la maturation neurologique chez le prématuré et le nourrisson. Une telle description s'avère essentielle pour pouvoir ensuite identifier les signes et symptômes associés à un dommage cérébral chez le très jeune enfant.

    Toutefois, leur caractère particulier et changeant avec le développement extrêmement rapide des premiers mois de vie pose certains défis. C'est en combinant des données anatomophysiopathologiques et cliniques qu'elle parvient à définir un cadre conceptuel original et cohérent qui fournira une base théorique solide pour les trois instruments d'évaluation 1-4 qu'elle conçoit : l'évaluation de la maturation chez le prématuré, 3-5 l'évaluation neurologique à terme et l'évaluation neurologique 4, 6-9 de 0 à 6 ans.

    Son analyse patiente et sa grande rigueur lui permettent également de préciser des regroupements de signes neurocrâniens décrivant un réel spectrum de sévérité des anomalies neuromotrices à l'âge du terme ainsi que dans les deux premières années de vie. Ce spectrum, prédictif du devenir à long terme des nouveau-nés à risque, fournit des informations essentielles non seulement pour organiser le suivi et la prise en charge des populations de nouveau-nés à risque, mais aussi pour donner aux équipes périnatales une rétroaction sur la qualité de leurs soins.Les dernières années de sa vie auront principalement été consacrées à enseigner cette méthode d'évaluation et à soutenir différentes équipes interdisciplinaires, tant en Europe qu'en Amérique et en Asie, dans leurs efforts d'implantation d'un suivi systématique des enfants à risque de séquelles neurologiques. Ses enseignements, d'une clarté hors du commun, ont toujours été empreints d'un profond respect pour l'auditoire et d'un engagement soutenu dans l'amélioration des services dédiés aux enfants ayant des problèmes de développement et à leurs familles.

    Au-delà de son héritage scientifique, Claudine Amiel-Tison aura légué, par son exemple, un rare sens de l'effort et du dépassement ainsi qu'une détermination sans bornes et une grande générosité. À travers l'ensemble de ses activités, elle aura su constituer une réelle communauté de pratique internationale bien vivante qui partage, aujourd'hui, un même sentiment de reconnaissance et le privilège de l'avoir connue non seulement pour sa contribution scientifique exceptionnelle, mais aussi pour son authenticité et les liens d'amitié tissés au fil des ans.

    Julie GOSSELIN, erg. Ph.D.
    - Professeur titulaire, École de réadaptation
    - Faculté de médecine, Université de MontréalFrançoise LEBRUN, m.d.
    - Pédiatre, praticienne hospitalière (Port-Royal)


    Références :

    1. Amiel-Tison C (1968). Neurologic evaluation of the maturity in newborn infants. Archives of Diseases in Childhood, 43 : 89-93.

    2. Amiel-Tison C (2001). Clinical assessment of the infant nervous system. In Levene MI et al. (Eds). Fetal and Neonatal Neurology and Neurosurgery. 3rd ed (pp.99-120). London : Churchill Livingstone.

    3. Amiel-Tison C (2005). Neurologie périnatale, 3e édition. Paris : Masson.

    4. Amiel-Tison C,Gosselin J (2010). Pathologie neurologique périnatale et ses conséquences. Paris : Masson – Elsevier.

    5. Amiel-Tison C (2002). Update of the Amiel-Tison neurologic assessment for the term neonate or at 40 weeks corrected age. Pediatric Neurology, 27: 196-212.

    6. Amiel-Tison C (1976). A method for neurologic evaluation within the first year of life. Current Problems in Pediatrics : 1-50.

    7. Amiel-Tison C, Stewart A (1989). Follow-up studies during the first five years of life : a pervasive assessment of neurologic alfunction. Archives of Diseases in Childhood, 64 : 496-502.

    8. Amiel-Tison C, Gosselin J (1998). Développement neurologique de la naissance à 6 ans : répertoire technique et grille d'évaluation. Montréal : Service des publications, CHUME Ste-Justine.

    9. Gosselin J, Amiel-Tison C (2007). Évaluation neurologique de la naissance à 6 ans. 2e édition. Montréal : Presses du CHUME Ste-Justine/ Paris : Masson.

 
 
 
 

Nous contacter

07 49 49 12 17

le mardi de 8h à 13h

©2019 par Société Française de Néonatalogie